Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

Publié le par Henrique

Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

Qui a dit que le cinéma portugais se résumait à un cinéma qualifié « d’auteur » ? Surtout pas Fernando Fragata qui a débuté sa carrière à la télévision. Avec Pulsação Zero (2002), il met en scène son deuxième long-métrage, une comédie d’action.

Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

Rien ne va plus pour Alex. A son réveil, il découvre qu’il s’est fait cambrioler durant la nuit. L’amour de sa vie, Sandra le quitte et on lui apprend qu’il est atteint du sida ! A bout, il décide de se suicider en avalant un poison dont il s’est débarrassé de l’antidote. Mais alors qu’il attend que le produit fasse son effet, des évènements vont chambouler ses derniers instants de vie.

Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

Non mesdames et messieurs, le cinéma portugais ne se limite pas à Manoel de Oliveira ! Pulsação Zero joue des coudes et des poings pour se montrer dans le panorama audiovisuel lusophone. Avec le peu de moyen qui sont les siens, Fernando Fragata enfante une histoire rocambolesque qui flirte avec l’humour noir et l’action à base de coups de feu, de poursuites et même d’explosion ! Mise en scène télévisuelle au programme pour une intrigue qui met bien vingt bonnes grosses minutes à se mettre en place. L’exposition est un peu longuette. Les acteurs ne semblent pas offrir des prestations qui tiennent le cap et on appréhende. Après cela, le récit déroule une multitude de péripéties à un rythme soutenu. Des braqueurs, une banque, une prise d’otage, des flics qui tirent sans discernement (ça existait encore ce genre d’attitude aux débuts des années 2000 ?), emprisonnement, évasion et j’en passe. Un programme qui surprend lorsqu’on prend un peu de recul. C’est bien la première fois que nous avons la possibilité de poser nos yeux devant un film portugais comme celui-ci. Un film d’action avec des fusillades et un pauvre type qui court pour sa vie. On l’a !

Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

On l’a notre film d’action portugais (premier du nom ?) qui singe des choses déjà vu ici et là, notamment de l’autre côté de l’Atlantique. Avec Pulsação Zero Fernando Fragata ambitionne l’Entertainment. Le divertissement grand public qui pourrait en mettre plein les yeux. Il semble nous dire qu’il est possible de faire comme les Autres mais chez nous, au Portugal. Au final ? Il le fait. Encore une fois, avec les moyens qui sont les siens. Et le savoir, aussi. Il reproduit tous les poncifs du genre qui vont bien. La caméra portée dans le feu de l’action. Les répliques stéréotypées censées faire rire. Un ensemble cadencé par une musique calibrée pour ce genre de production. En bref, il nous joue une série B qui n’a rien d’original mais qui a un sacré mérite : celui d’exister dans le panorama cinématographique portugais. Oser, proposer est une démarche louable. Mais on s’arrêtera là. Il ne faut pas s’attendre à un spectacle d’une grande qualité. Comme il est difficile de faire abstraction de cette pollution musicale de chaque instant. Elle est poussive et de temps en temps mal employée. S’en est agaçant.

Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

Pulsação Zero ? Un honnête film de… télévision, rien de plus, rien de moins. Un téléfilm qui se voit et s’oubliera très vite, tant il se révèle anecdotique. Même s’il montre une autre facette de la cinématographie portugaise.

Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata
Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata
Pulsação Zero (2002), Fernando Fragata

Portugal – 1h23 – couleur – 1,85 :1

 

FICHE ARTISTIQUE

 

Alex HELDER MENDES – Sandra ADELAIDE DE SOUSA – Nuno MIGUEL C. – Fagulha ADRIANO CARVALHO – Tranças OLAVO BILAC – Grosso CLEMENTE SANTOS – Commandant de police AUGUSTO PORTELA – Vielle dame LUÍSA BARBOSA - Vieux monsieur RUI FERNANDES – Journaliste JOSE FIGUEIRAS – Conseiller bancaire FRANCISCO PESTANA – Proprio voiture LEONEL LAGE – Officier de police #1 JOÃO BRÁS – Officier de police #2 GONÇALO PORTELA – Prostituée CATARINA MOLDER

 

FICHE TECHNIQUE

 

Réalisation FERNANDO FRAGATA – Scénario FERNANDO FRAGATA – Image JOÃO LANÇA MORAIS – Son PEDRO MELO, MIGUEL SARAIVA, VASCO CARVALHO, JOSE CARDOSO, FILIPE CAPITÃO – Montage BRIGITTE LUÍS – Costume ISABEL QUADROS – Maquillage ANA COSTA, JOÃO PEDRO – Musique FERNANDO FRAGATA, RUI LISBOA, NUNO PIRES – Effets spéciaux CARLOS MARTIN, PEDRO MORENO – Producteurs BRUNO CERVEIRA, ALEXANDRE VALENTE – Assistant-producteur PAULA VIDAL – Production MARIA FERNANDES, CATHERINE LEROUX, JÚLIO SANTOS – Avec le soutien de la SIC

Publié dans Cinéma, Avis, Fernando Fragata

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article