Putas Marcianas (2011), José João

Publié le par Henrique

Putas Marcianas (2011), José João

C’est avec un petit budget de 4000 euros que le réalisateur José João met en scène Putas Marcianas (2011). Le cinéaste connu également comme José João Silva signe ici son troisième court-métrage, après avoir réalisé un premier long (Libanesa Loira, 2008). Il livre alors un film fantastique.

Putas Marcianas (2011), José João

Lucindo (Graciano Dias) et Francisco (João Baptista) sont deux amis qui prennent du bon temps à la plage. Ils sont approchés par Leonor (Leonor Seixas), une jeune femme topless. Ils ne tardent pas à tomber sous son charme comme d’être intrigués par son comportement. Lucindo et Leonor se rapprochent l’un de l’autre. Ce dernier la ramène alors chez lui et lui présente sa mère, Ana (Paula Guedes).

Putas Marcianas (2011), José João

Putas Marcianas. Un titre explicite. Un film qui l’est beaucoup moins. Un titre qui attire forcément l’œil et qui intrigue. Et qui s’avère un film creux et sans intérêt. Il y avait un certain fantasme à voir sortir de nulle part cette jeune femme, seins nus demandant une cigarette et qui semble par ailleurs dotée de pouvoir. José João parvient en début de métrage à instaurer une certaine ambiance. L’atmosphère mystérieuse qui plane sur les réelles intentions de ce personnage. Ce personnage que l’on voit même déambuler durant une nuit interpelle, vraiment. Malheureusement, le délire narratif s’enfonce dans le néant abyssal d’une œuvre qui n’a rien à dire ou proposer. On ne verra jamais la jeune femme en action. On assistera seulement à des dialogues vains et à des situations le plus souvent grotesques. Un ensemble emballé par une mise en scène sans éclat et qui manque de savoir-faire. Face à ces éléments, on ne sait où le réalisateur veut nous entrainer. Son délire cinématographique se justifie par la seule excuse d’offrir de temps à autre des corps dénudés (seul intérêt du film ?). A croire qu’il trouve ici prétexte à tourner avec de jolies jeunes femmes. Parce que sincèrement, même le côté pseudo-expérimental qu’il aurait pu susciter n’est pas assumé. On se demande s’il ne se rêvait pas en une espèce de David Lynch. Mais ici, le surréalisme est vide et ne suscite aucun attrait. On assiste alors à un spectacle sans saveur, sans être impliqué et cette fin n’aide franchement pas.

Putas Marcianas (2011), José João

Putas Marcianas est un court-métrage décevant qui tenait un propos de départ intriguant. La vérité est qu’on ne s’y intéresserait même pas s’il n’avait ce titre, et encore moins sans le côté topless.

Putas Marcianas (2011), José João
Putas Marcianas (2011), José João
Putas Marcianas (2011), José João
Putas Marcianas (2011), José João

Portugal – 44 min. – couleur – 16:9 HD

FICHE ARTISTIQUE

Lucindo GRACIANO DIAS – Francisco JOÃO BAPTISTA – Leonor LEONOR SEIXAS – Ana PAULA GUEDES – Lara EUGÉNIA LEBRE – Modèle JOANA CAÇADOR – Entraineur JOÃO COUTINHO – Lara LÚCIA AFONSO

FICHE TECHNIQUE

Réalisation JOSE JOÃO (SILVA) – Scénario EMI MASAKI – Post-production son AMEBA – Consultant d’édition RITA DA SILVA – Costumes MARIA JOÃO SOPA – Musique originale OLIVIER BOMBARDA – Maquillage JOANA AGOSTINHO – Coiffeuse JOANA AGOSTINHO – Directeur artistique PATRÍCIA GUERREIRO – Directeur de production PATRÍCIA GUERREIRO – Production EFEITOS, ISABEL DS

VOIR LE FILM SUR VIMEO

Publié dans Cinéma, Avis, ¨José João

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
There are some movies whose original thrill starts after first half an hour. When the story begins, we feel there is nothing exciting and we wasted our time and money. Suddenly, there will be a twist! Thanks for sharing the review of a nice movie!
Répondre
O
nice share!
Répondre