Le Dieu manchot de José Saramago avis

Publié le par Henrique

Roman historique fantastique, Le Dieu manchot / Memorial do convento (1982) de José Saramago nous plonge dans le Portugal du XVIIIème siècle. On y partage le quotidien d’une poignée de personnages comme le roi Jean V de Portugal, le prêtre Bartolomeu de Gusmão ou encore Balthazar, un soldat qui a perdu sa main gauche au combat et qui croise la route de Blimunda. Entre la construction du couvent de Mafra, les affres de l’Inquisition et la réalisation d’une machine volante, Le Dieu manchot nous entraine sur les chemins sinueux de la société portugaise d’alors.

Œuvre baroque purement fictionnelle, Le Dieu manchot est de ces récits littéraires avec lesquels on prend un profond plaisir à lire. D’ailleurs, la lecture est d’une fluidité sans pareil. A travers un style des plus singuliers que l’on qualifiera à juste titre de peu orthodoxe, José Saramago s’amuse et par la même nous amuse. La forme sort des carcans standardisés. Ici, les virgules remplacent les points, les phrases sont à rallonge mais étonnamment rythmée jusqu’aux dialogues qui prennent des allures surprenantes. Irrévérencieux, profondément blasphématoire l’auteur abime sans ménagement les puissants et l’exploitation qu’il réalise des petites gens lorsqu’il ne tape pas sur l’hypocrisie des religions, et en particulier celle du christianisme et de son Inquisition. Nous sommes devant une critique sociale qui sait trouver échos au monde contemporain. Il en ressort dès lors un récit passionnant, riche et dense tant il fait voyager le lecteur embarqué dans les nombreuses péripéties.

Le Dieu manchot est une pépite qui happe littéralement. Une réussite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article